Jérémy GUILBON/ octobre 18, 2018/ JDR Psychiatrie, Jeu de Rôle/ 0 comments

Hello !

Nous voici au premier article d’une série que j’espère longue et passionnante !

Je vous propose dans un premier temps le compte-rendu « brut », et ensuite je vous livrerais quelques détails supplémentaires.

 

I) Le Compte-Rendu 

« 26/08/2017, session préparatoire, antérieure à la création de l’atelier Ludi’Rôle

Bonjour à vous !

 #jdrpsychiatrie

Je reviens vers vous pour vous narrer la suite de mon projet !

Pour ceux et celles passés à côté de mon précédent post, il y a de ça quelques mois, j’ai eu dans l’idée de proposer du JdR à un public adolescent hospitalisé dans une Clinique de psychothérapie institutionnelle. J’en ai discuté avec eux et certains sont clairement partant pour essayer !

Mon idée première était d’attendre la sortie du starter set de D&D5 en français mais manque de pot, les sorties ont quelques mois de retards… Je me suis donc rabattu sur un système générique avec l’idée de pouvoir construire quelque chose ensemble. J’ai porté mon regard sur HITOS, que je trouve vraiment bien ficelé. J’ai eu l’occasion de l’expérimenter pour un enterrement de vie de garçon et je dois dire que ce fut une expérience très agréable pour tous (c’était ma première masterisation et je n’ai eu que des retours positifs, bien que de mon côté j’ai ciblé des choses à changer pour rendre le tout plus dynamique et bien sur, nous étions tous un peu alcoolisé Image). Néanmoins, le travail de préparation a été assez fastidieux et m’a demandé pas mal d’énergie et de temps. (Pour ma défense, j’ai un nouveau né à la maison).

Entre temps, j’ai découvert les podcasts de 2D6 + Cool et je dois dire que j’ai été bluffé par la fluidité des jeux propulsés par l’Apocalypse (PbtA). Du coup, afin de garder l’idée du Med Fan qui semble parler à pas mal de jeunes dans la Clinique, j’ai craqué sur Dungeon World ! Je suis dans l’attente des bouquins mais j’ai entamé la lecture du Guide du joueur et de Sanctuaire, de M. Bastien ‘Acritarche’ Wauthoz et je suis ultra emballé. Un univers qui se construit au fil des parties, des choix cornéliens et une mécanique de jeu qui entraîne toujours des rebondissements.

En Bref, ma première séance d’initiation au Jdr dans le cadre de mon travail se fera avec Dungeon World, via le module Sanctuaire, le mardi 5 Septembre. J’ai prévenu les ados qu’il faudra être un peu plus pro-actif mais comme ils sont tous néophytes, ça n’a pas l’air de les déranger ! Cette session a pour but de tester l’engouement que peux générer cette pratique mais également le côté « thérapeutique » (jeu en groupe, collaboratif, de réflexion, …). J’ai pour projet de monter un atelier pour la fin d’année autour du jeu en général. Du jeu de plateau au jeu vidéo en passant bien sur par le jeu de rôle… J’espère que la mayonnaise prendra et qu’une belle énergie nous permettra de faire des trucs sympa ! (Chasse au trésor dans le château, soirée à thème, …)

Merci à vous tous d’avoir lu jusque là ! Bon jeu et à très bientôt pour le compte rendu de cette séance.

Jérémy »

 

II) Commentaires

Je ne vous cache pas que ça me fait un petit quelque chose de le relire plus d’un an après… Je revois la métamorphose (toujours actuelle d’ailleurs) progressive de l’atelier vers ce qu’il est aujourd’hui ! 

L’idée de « construire » quelque chose ensemble, c’est ce qui m’a tout de suite attiré dans les systèmes Pbta, en dehors de la relative facilité de mise en place. Le fait de laisser une marge importante à chacun pour construire et étoffer son personnage en direct, je dois dire que ça me fait encore rêver ! Par contre, il faut être à l’aise avec l’improvisation et les questions. Les deux mantras les plus importants pour ce système sont à mes yeux :

1) « Jouer pour voir ce qu’il va se passer » : Une fois que le pli est pris, il suffit en tant que MJ de préparer une menace et de dresser la liste des événements qui se passeront si les PJ n’interviennent pas. En gros tout tient sur un post-it ! Les rebondissements se feront en fonctions des jets de dés des joueurs. (Le MJ ne lance pas de dés) Le MJ est donc un joueur comme un autre et il doit lui aussi jouer pour voir jusqu’où l’histoire va aller. D’ailleurs, il possède également une liste d’actions qu’il peut utiliser lorsqu’un joueur rate un jet ou lorsqu’il faut relancer le scénario.

2) « Poser des questions, utiliser les réponses » : Un excellent moyen d’impliquer le joueur et d’éviter la panne sèche en tant que MJ. 

L’expérience de préparation pour HITOS fut effectivement assez longue et je ne me voyais pas fournir ce travail de façon hebdomadaire. (Préparation de plan, de portraits, de scènes, … Bref, une autoroute tracé pour mes joueurs qui dans 95% des cas se feront une joie de quitter à la première sortie !) Ici, suffit de noter quelques notes sur un post-it, préparer son ou ses « fronts » (les menaces) et c’est parti pour quelques heures de jeux. Le plus fort dans tout ça, c’est qu’on ressort d’une séance avec encore plus de matériel à développer pour les futures parties. (A condition que les joueurs s’impliquent un minima).

 

Les Pbta étant les premiers jeux dans lesquels je me suis investi en tant que MJ, je pense que la philosophie propre au système a déteint d’une certaine façon sur ma conception d’une partie de jeu de rôle. Bien entendu, ma curiosité et mon désirs d’élargir mes horizons, vont me pousser à lire et essayer d’autres jeux ! Mais je n’en dis pas plus ! Vous le verrez au fil des comptes-rendus.

 

Voilà pour ce premier article ! Je vous dis à très bientôt  !

Jérémy

PS : Je suis preneur de tout vos retours et je réponds avec plaisir aux questions !

PS 2 : Je serais présent aux Utopiales de Nantes, sur l’intégralité du festival, car j’ai été invité à une table ronde sur l’utilisation du jeu de rôle dans le milieu médical. (Le samedi 3/11 à 14h) Si certains souhaitent me rencontrer ça sera avec grand plaisir. Je ferais sûrement un petit article « retour de convention ».

Share this Post