Jérémy GUILBON/ décembre 6, 2018/ JDR Psychiatrie, Jeu de Rôle/ 0 comments

Hello ! Changement d’ambiance aujourd’hui, on attaque le Post-Apocalyptique avec Degenesis.

I) Le Compte-Rendu

Séance du 15/07/18 : Degenesis

#jdrpsychiatrie

Les aventures d’un jeune MJ en clinique de psychothérapie institutionnelle : Episode 13 : « Pourquoi négocier quand on a un calibre 50 ? »

Bonjour !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore mon projet, je suis infirmier dans une Clinique de psychothérapie institutionnelle et j’ai la chance de pouvoir pratiquer le JdR avec des ados hospitalisés. A travers mes compte-rendu, j’essaye de vous présenter ma pratique au près d’un public particulier et les effets « thérapeutiques » possible que j’en tire.

Et voilà, les vacances sont là et pas mal de jeunes sont en vacances. Je ne me voyais pas continuer/clore Monster of the Week alors que les principaux protagonistes sont absents, j’ai donc décidé de proposer une liste de jeux afin d’animer des one-shots. Cette liste comprend Degenesis, Tales from the Loop, Barbarian of Lemuria, Freak Squeele le jeu d’aventure et Dungeon World. A ma grande surprise, c’est Degenesis qui a récolté le plus de voix ! Difficile de savoir si c’est pour le post-apo, la densité de l’univers ou la maturité des propos, mais ça a titillé la curiosité.

J’ai pu faire une session de créations de personnages quelques jours avant la séance. La relative complexité des règles a bien été accueillie / comprise. (Relative car sortant des Pbta, la majorité des systèmes parait plus complexes) La beauté des illustrations à permis à chacun de rapidement s’imaginer au sein d’un Culte et de se projeter dans cet univers post-apocalyptique. Je devrais plus régulièrement en utiliser, tant la stimulation de l’imaginaire peut être efficace.

Mon groupe est composé de 5 joueurs, tous habitué à l’atelier. C’est assez plaisant d’avoir un petit groupe de réguliers accueillant et bienveillant envers les nouveaux, au sein de l’atelier comme à la Clinique en général. Je ne détaillerais pas l’ensemble des participants cette fois-ci (J’ai par mégarde effacé mon précédent message et je n’ai pas la foi de tout recommencer !) mais globalement ce fut un groupe relativement équilibré. Les persos sont tous très typés, donc complémentaires, ce qui rend la coopération vitale. L’ensemble c’est bien amusé, surpris par la rapidité / mortalité des combats et du coup de la tension que ça pouvait apporter !

J’ai utilisé le scénario du livre de base, Embargo, légèrement remanié grâce à un document de la communauté fb du jeu. Le scénario c’est plutôt bien déroulé et avoir un angle d’approche restreint est vital pour un univers aussi dense. Ici, ce sont les relations inter-cultes qui sont présentées. Les différents éléments semblent plutôt bien compris / incorporés au fil de la partie, rendant l’immersion que meilleure. C’est peut être dirigiste mais ça a le mérite d’introduire efficacement l’univers.

J’ai du faire face au cours du scénario à la mort d’un personnage. Alors certe, faire des actions chevaleresques dans un univers post-apo, c’est rarement une bonne idée mais quand même. 06Heureusement ça a été bien accueilli, le joueur ayant mesuré les risques. Il a voulu aller à fond dans son rôle et il ne supportait pas de voir une femme se faire menacer. (Une apocalyptique qui aurait de toute façon fini par le poignarder d’une façon ou d’une autre) Il a finit sa courte aventure une rafale de PM dans le ventre. Cela a rappelé au groupe la brutalité et la mortalité du jeu, ramenant au premier rang la rudesse de l’univers… Il a bien vécu et compris la situation, heureusement que c’est intervenu en fin de séance ! Cela me rappelle tout de même que je dois manier cet événement avec délicatesse. Heureusement que l’attachement au personnage n’était pas trop présent.

A contrario, un autre joueur s’est parfaitement immergé dans son personnage et il a finit la partie sur un sans faute ! Aucun dégâts, quasiment tout le loot et des négociations menées avec brio !

J’ai également retrouvé un joueur qui n’était pas venu depuis un petit moment, la dernière séance étant difficile pour lui. Difficile de s’immerger, de se concentrer, de participer… J’ai malheureusement retrouvé une situation similaire et malgré les perches tendues par l’ensemble du groupe, il n’a pas beaucoup participé. En reprenant avec lui le soir, il m’a dit être plus fatigué en ce moment et qu’il aurait peut être du faire la sieste au lieu de participer.

J’ai recueilli les réactions à chaud et ils sont presque tous unanimes sur leurs envies de poursuivre dans l’univers de Degenesis ! Après tout pourquoi pas, c’est un jeu que j’apprécie tout particulièrement. Je le fais également jouer à mon Club de jeu, ce qui me permet de ne pas devoir me replonger à chaque fois dans les deux énormes pavés. Je dois par contre rester vigilant, il est possible que je me laisse embarquer dans une campagne. Au vu de la fréquence de l’atelier et du possible turn-over des patients, je dois trouver un juste équilibre. J’ai peur de devoir restreindre les participants mais d’un autre côté, ça doit être hyper intéressant de vivre une campagne dans mon cadre de pratique (incarnation et évolution des personnages). Peut être devrais-je augmenter la fréquences des séances ? (1 par semaine au lieu de 1 toutes les deux semaines) Accepter que le groupe soit plus ou moins fermé durant une période ? Bref pas mal de questions sur lesquelles je devrais peut être me pencher.

Encore une fois, n’hésiter à me faire des retours ou me poser des questions, j’y répondrais avec grand plaisir !

Ludiquement,

Jérémy

 

II) Commentaire

 

Je n’ai volontairement pas continuer Degenesis au sein de la Clinique. L’univers, bien que captivant et admirablement construit (Et les illustrations, mazette !), reste bien trop pessimiste et fataliste. Pour mon moral et sûrement celui des patients, je ne me voyais pas évoluer en campagne dans ce genre d’univers (que je n’ai pas voulu modifier) dans mon cadre professionnel.

« Campagne »… Le mot est lâché ! J’en parlerai plus longuement lors du prochain article mais l’engagement que ça représente, pour moi comme pour les joueurs, est quelque chose qui m’a longtemps questionné. Groupe semi-ouvert ? Faut-il jouer plus souvent ? Est-ce possible ? En suis-je capable ? Jusque là je faisais surtout des One shot, la campagne me paraissait être un truc totalement insurmontable en terme d’organisation et de préparation.

La suite au prochain épisode ! Il reste deux comptes-rendus avant la fin de la première saison !

Ludiquement,

Jérémy

Share this Post