Jérémy GUILBON/ novembre 13, 2018/ JDR Psychiatrie, Jeu de Rôle/ 0 comments

Hello !

Après une super session 0, allons-nous réussir à poursuivre l’aventure D&D ? Réponse dans le CR :

I) Compte-rendu

11/04/2018

#jdrpsychiatrie

Les aventures d’un jeune MJ en clinique de psychothérapie institutionnelle : Episode 8 : « Tu veux me faire croire qu’une créature hybride mi-ours mi-hiboux a one shot mon paladin ? Oui, c’est exactement ça, le Hibours t’a littéralement déchiqueté le torse »

Bonjour à toutes et à tous ! Tout d’abord merci à l’ensemble des retours que vous avez fais sur mon précédent post, certains points soulignés sont des plus intéressants et cela m’aide dans mon cheminement, aussi bien en terme de maîtrise de jeu que professionnellement Image.

Pour ceux et celles qui n’ont pas suivi mes précédents posts, je suis infirmier dans une clinique de psychothérapie institutionnelles accueillant à environs 50% des ados. J’y propose depuis un peu plus de 6 mois un atelier jeu de société, « Ludi’Truc ». Ce dernier dispose également d’une branche jeu de rôle, « Ludi’Rôle ».

Suite au succès des créations de personnages et à l’envie pressante que je ressentais chez les jeunes de pouvoir jouer avant mes futures vacances, (Demain soir ! Image) j’ai proposé une séance cet après-midi. Cette dernière a été particulière pour trois raisons :

Une stagiaire IDE, clairement Geek et familière avec l’Héroïc Fantasy a rejoint le groupe de joueurs.
– Le groupe était très (trop) important : 7 joueurs
– Au sein du groupe était présent un ado un peu particulier. J’y reviens un peu plus loin pour vous expliquez mes craintes à son sujet.

Donc premier point : La présence d’une stagiaire IDE dans le groupe.

Et bien tout c’est bien passé, aussi bien pour son intégration au sein du groupe que sa « première fois » en terme de Jdr. C’est une habitué du MMORPG, principalement WoW. Elle a rapidement choisi son personnage, une Naine Clerc, afin d’apporter un peu plus de soutien au groupe de « bourrins » qui se dessinaient. Sa position en tant qu’étudiante n’a pas impacté le « flow » naturel du groupe, chacun a pu rester égal à lui même et elle s’est sentie accueillie, ce qui est le plus important. Elle a pu s’essayer au RP, son personnage préférant essayer la diplomatie plutôt que la violence ! Cela l’a conduite à prendre position rapidement au sein du groupe dans les décisions et elle a pas mal résisté à l’appel du combat. Bref, on est pas loin du serment d’Hyppocrate et je ne vais pas m’épancher sur le lien plus qu’évident entre le caractère de son personnage et son aspiration professionnelle.

Deuxième point : La taille du groupe.

Bon, gérer un grand groupe est un véritable challenge, clairement. Je respecte énormément ceux qui y arrivent car ça demande un effort de concentration très important et une bonne dose d’énergie…
Nous étions donc à 8 moi compris et vraiment, c’est trop. Heureusement certains joueurs ont souvent recadré lorsque ça partait un peu dans tous les sens, (Les joies de l’auto-gestion dans un groupe) mais quand même, je suis lessivé. En plus, nous étions dans une autre salle, moins confinée et surtout plus visible/accessible. Nous avons donc eu plus de visiteurs/spectateurs. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais cela n’aide pas pour la canalisation. Du coup, je revois un peu mon jugement sur la battlemap comme outils car cet après midi, j’en ai ressenti le besoin. Déjà pour clairement indiquer la position de chacun, mais également pour recentrer l’attention sur un support lors de moments importants, comme les combats. De plus, la visualisation qu’elle apporte sera peut être un plus pour les spectateurs, afin de suivre l’action. J’ai utilisé des petits plans gribouillés pour indiquer des infos, ce qui a été plutôt apprécié et utilisé.

Troisième point : Alfred (Nom modifié pour confidentialité)

Je vais essayer de vous décrire ce jeune homme.

Il est diagnostiqué autiste d’asperger, mais sans HPI (Haut Potentiel Intellectuel). Sa passion : Le japon féodal et la culture japonaise actuelle, enfin, celle véhiculée par les mangas et les animes. C’est simple, il ne parle quasiment que de ça et il y fait référence partout. Il apprécie également ce que je vais nommer la culture « Geek » (pas de demande de définition s’il vous plaît, c’est devenu un énorme fourre-tout) et il connaît quasiment par coeur la web-série « Aventure ». (Son animateur préféré c’est Bob Lennon). Ses troubles autistiques entrainent des difficultées d’ordre sociales. Dans son cas, cela s’exprime par une absence de « filtre » entre ce qu’il pense et ce qu’il dit. De façon très réductrice, c’est le gros « lourd ». Celui qui fait des blagues bien grasses, qui rit hyper fort, qui coupe la parole pour raconter des âneries, … D’un autre côté, il est d’une sincérité rare et c’est pas lui qui va faire des trucs dans notre dos !

Le fait qu’il soit en HDJ et qu’il soit absent le dimanche m’a été plus que confortable durant les 6 mois d’atelier car je dois bien avoué que je redoutais de l’avoir à ma table. (Et attention, c’est un trait de caractère et les difficultés qui en découlent que j’expose, je n’ai pas la prétention ni l’envie de « résumer » un individu en quelques symptômes/caractères)
Il a eu vent de la session de création de personnage et il m’a demandé s’il pouvait créer le sien afin de participer à la séance d’aujourd’hui. Dans ma bonne âme, j’ai bien entendu voulu lui laisser une chance, en le prévenant qu’il faudrait qu’il se canalise un peu.

Il s’est créé un drôle de concept, un Guerrier Sangdragon Philosophe. En gros c’est du je tape, je menace et je philsophie de temps en temps ! Bref, le guerrier dans toute sa splendeur caricaturale mais avec une petite touche bien à lui, et je dois dire que ça lui correspond plutôt bien.

Le début de séance a été un peu pénible pour tous. L’aventure a commencé à l’auberge de Phandaline (Les clichés ça marche vraiment bien !) et bien entendu, il en a directement profité pour flirter « lourdement » avec la serveuse et la femme du patron. Heureusement, le groupe l’a directement coupé dans son élan, lui expliquant que ce n’était pas spécialement l’esprit de la table et que ça commençait à être agaçant. La suite de l’aventure a été un peu plus posée et j’ai senti un effort de sa part en terme de canalisation. Néanmoins, à la moindre stimulation un peu forte (Jet de dès importants, choix cornéliens, …), le naturel revient au galop et c’est parti pour les références vaseuses…

Bref, je décrirais en deux mots : « Lourd et gras ». Je ne me vois pas interdire quelqu’un à ma table, du moins par pour ses critères. Néanmoins, je vais reprendre avec lui demain la séance et je pense l’orienter sur les créneaux où nous serons moins nombreux. En petit comité, l’enveloppe que peut former le groupe sera sûrement plus contenante et étayante et surtout, je serais plus disponible pour chapeauter tout ça.

A noter également quelques beaux moments de RP :

-Le moine qui part faire cavalier seul en ville afin de protéger la veuve et l’orphelin (C’est une idée de sa part, je n’ai pu que le valoriser !) et qui bien entendu, a fini inconscient dans une ruelle, dépouillé de tout ses biens !

– Le voleur qui a profité d’un moment d’inattention dans le groupe pour fureter dans la cabane de la Banshee. Le délicat coffre à bijoux en argent orné de pierres précieuses était un appel trop important pour lui ! Résultat, ses camarades ont entendu un hurlement strident émanant de la cabane et lorsqu’ils sont rentrés, leurs collègue roublard gisait au sol inconscient, d’une pâleur presque surnaturelle…

– Le Clerc qui ne prend pas part au combat pour désaccord idéologique ! (Même contre un hibours enragé) On a frôlé le vote démocratique pour l’exclure.

Et vous :

Utilisez vous une battlemap ? Si oui ou non, pourquoi ? (Le jeu c’est Dungeon et Dragon 5e Version)

Comment gérez vous les joueurs « lourds » ?

Comment gérez vous les grands groupes ?

Merci d’avance pour vos retours et du temps que vous prendrez pour lire ce petit texte !

Jérémy 

 

II) Commentaire

Aujourd’hui, lorsque je repense à cette séance, je me souviens surtout du sentiment d’épuisement dans lequel j’étais à la fin et à mon insatisfaction ! Suite à ça, la limite de joueurs va être fixé à 5 pour l’atelier et la boite de Dungeons & Dragons va être rangée le temps de repenser les techniques / outils nécessaires au bon déroulé du jeu. (Spoiler Alert : La saison 2 des CR marquera le retour de D&D !)

Pour ceux et celles qui souhaitent partager leurs point de vue, je vous repose les questions du CR : 

Utilisez vous une battlemap ? Si oui ou non, pourquoi ? (Le jeu c’est Dungeon et Dragon 5e Version)

Comment gérez vous les joueurs « lourds » ?

Comment gérez vous les grands groupes ?

 

Merci pour votre soutien !

Jérémy

Share this Post