J'aimeJ'aime

Amadou présente : CROQUEUR D’OR, de Michael Ducousso

Mésaventures dans les Cités Franches : des nouvelles et un JdR en un seul bouquin

Crédit : Sébastien Fajal. Modèles : Amadou le dragon et sa fiançée

Un « JdR Sword  And Sorcery  picaresque »

 

 

C’est au coeur de l’été que j’ai reçu « Croqueur » d’Or de Michael Ducousso. Edité cher Posidonia Editions en janvier 2023, c’est un livre format A5 de 224 pages. En couverture souple, il se glisse dans la poche pour des parties rapides. 224 pages dont 32 de règles, c’est un JdR qui se lit vite avec un sourire en coin et qui regorge de bonnes idées ! 

Allons découvrir une nouvelle façon de consommer du JdR et explorer ce nouveau genre « JdR d’Apéritif »

 

 

L’ACCROCHE

 

Minuit sonne dans les vieux quartiers de Satrana…

 

« Drapé dans une nuit sans lune, à peine éclairé par les blafardes lueurs de quelques torches mourantes, il se glisse de porche en porche jusqu’à sa destination. Jetant des coups d’œil rapides et inquiets, il s’assure que personne ne viendra troubler sa mission. Il arrive devant une porte en bois sculptée, massive et recouverte de dorures ; bien qu’aillant déjà connue une meilleure jeunesse. Il glisse avec vitesse ses outils dans la serrure, trifouille jusqu’à entendre le déclic salvateur. La porte s’ouvre en glissant paresseusement sur ses gongs fatigués et…

Bah, loupé. Un gros clébard du genre pas commode attend devant la porte. Après une course poursuite folle dans les ruelles immondes à esquiver les crottes et les vomis ; il fini sa nuit là où elle a commencé. Il est seul, attablé dans une auberge moche et malodorante à siroter une bière au goût d’urine en se frottant le postérieur endolori par un bon coup de croc.

C’est pas ce soir qu’il va la connaître, la fortune… »

 

LE PITCH

 

Peuplée de légendes, de mythes et de rumeurs d’alcooliques, les cités franches attirent les aventureux !

 

Enfin, des aventuriers… Nous devrions plutôt dire des fripouilles, des malandrins, des traine-savates, des loosers magnifiques qui s’entassent dans des gourbis à l’odeur de vomi rance en attendant que quelqu’un de suffisamment désespéré ne vienne leur proposer une mission. Voici le cadre aussi séduisant que décalé de l’univers de Croqueur d’Or. L’auteur livre un ouvrage compact, au format pratique pour y décrire son univers au travers des aventures d’un « héros », Korr’ Vactus et des règles pour que vous puissiez mettre en musique de nouveaux déboires à proposer à vos joueuses et joueurs.

Au programme : des aventures hautes en couleur, des histoires de trésors, de rois-sorciers, de civilisations disparues et des personnes suffisamment désespérées pour tenter de les vivre. Au travers d’un système très simple dont le cœur et le symbole sont les « pièces », Michael Ducousso vous propose d’assouvir ces envies d’aventures et surtout d’innover sur comment les faire échouer de la plus ridicule des façons.

 

ON JOUE QUOI ?

 Ton but dans la vie ? Chercher un trésor, le ramener, tout dilapider, recommencer…

 

Des « barbares » ? Non, la vérité, c’est que vous allez surtout incarner une flopée de traîne-savate, de voyou, de gros bras plus ou moins malins. L’ambiance dépeinte dans les nouvelles pose le cadre d’un univers empli de glorieux bras-cassés et autres loosers formidables. Des aventuriers à la semaine qui se plongent corps et âmes dans des missions ou des chasses au trésor fumeuses. Les personnages sont dépeints comme avides de richesses et de gloires éphémères. La vérité étant qu’ils finissent souvent le nez écrasé dans un caniveau de la capitale : soit parce qu’ils ont lamentablement échoué dans leur chasse ; soit parce qu’ils ont réussi mais qu’ils ont dilapidé leurs gains dans une monumentale orgie dans la taverne locale.

Nous y jouons des humains dont les origines n’ont pas d’influence directe sur le jeu. Juste une aventurière ou un sans-le-sou avec une épée et le goût de l’aventure. Il suffit de lui trouver un nom et un surnom ronflant ; noter quelques éléments sur la fiche de personnages et l’Oracle (nom donné à la meneuse ou meneur de la partie) se charge d’inventer comment vous allez vous ridiculiser.

 

DANS LE CAMBOUI : LES REGLES

 

Tu vas en jeter des pièces que tu as gagné à la sueur de ton front ! (Ou celui du voisin…)

 

La création de personnage est très simple. Les joueuses et joueurs se choisissent des qualités et des défauts ; ce doivent être des descripteurs suffisamment précis pour avoir une influence en jeu. Ils peuvent avoir 3 qualités et 3 défauts. Déjà, le but est de donner à nos bonhommes de quoi réussir mais surtout de quoi perturber la partie. L’auteur ne propose pas de liste détaillée : aux joueurs de faire preuve de créativité. Ils sont encouragés à entrer dans une forme de narration : « avoir un service à demander à un membre des forces de l’ordre » ; « connaître un bon plan pour se cacher pendant plusieurs jours » ; « frappe comme un taureau lancé » ou des défauts sympathiques comme : « est connu des services de police » ; « a une dette lourde auprès d’un réseau criminel » ; « ne peut s’empêcher de tendre la main dés qu’il voit un tas de pièces ». Une fois ces listes établies, l’essentiel des personnages est créé.

Pour la mécanique, l’auteur propose un système tournant autour de « pièces ». Chaque joueur dispose d’un certain nombre de pièces. Elles représentent ses richesses, ses points de vie et elles sont le cœur de la mécanique. Pour chaque test, le joueur va lancer une pièce. Pile ou Face : c’est simple. Pour faciliter la narration, le joueur va comparer ses avantages/défauts. Si, dans la description de son action, il parvient à faire intervenir plus d’avantages que de défauts, ses succès et échecs peuvent être allégés ou aggravés selon la lecture des « OUI ; OUI, MAIS ; NON ; NON MAIS. » L’ensemble se veut très narratif.

Les pièces sont perdues quand le personnage reçoit des coups ; il peut forcer le destin en sacrifiant une de ses pièces et il les récupère en réussissant les missions. Bref : vous allez jouer avec votre or ; et dans les cités franches, votre or, c’est votre vie !

 

LE PLAISIR DE LECTURE

 Des nouvelles et des règles pour le prix d’un menu kebab

 

Le choix de l’auteur est de vous proposer de découvrir son univers en lisant des nouvelles racontant la vie et les aventures de son personnages Korr’Vactus. N’y cherchez pas de description encyclopédique de l’univers, sa politique, ses religions, ses enjeux…  Nous sommes dans un bac à sable que vos personnages vont investir et alimenter. Les nouvelles se lisent avec plaisir. Elles piochent dans les meilleurs clichés du genre « Sword And Sorcery » mâtiné de low fantasy. Les personnages y brillent (ou l’inverse plutôt) par leurs gueules, leurs accents, leurs magouilles et leurs fins toujours moches.

Les règles tiennent en quelques paragraphes. L’auteur ne propose pas de liste détaillée pour les avantages et désavantages. Il propose quelques règles supplémentaires propre à l’univers comme l’usage de la magie noire et l’invocation de démon (qui coûte cher en pièce du destin…) Soyons clair, nous ne sommes pas dans Donjons et Dragon ou Pathfinder avec un choix énorme de configuration. Ici, nous sommes là pour jouer vite, jouer marrant et surtout jouer.

 

LE PLAISIR DES YEUX

 Faîtes vos images mentales

 

Pour tenir le pari d’un jeu et d’un univers en un ouvrage de 15€, l’auteur a dû sacrifier les illustrations. La couverture renvoie avec justesse et bonheur aux origines du Sword And Sorcery avec cette évocation d’un comic low cost avec un gros musclé et une tête de mort en fond. Il ne manque d’un faux prix pour compléter l’illusion. 

Pour le reste, comptez quelques cartes et c’est joué. Après tout, le jeu de rôle n’est il pas le « théâtre de l’esprit » ? Bref : imaginez, décrivez et racontez pour jouer à Croqueur d’Or.

 

ALORS ? BIEN OU BIEN ?

Si la proposition et le format peuvent paraître sommaire, c’est finalement un choix intéressant que nous propose l’auteur. Après tout, le Sword And Sorcery n’a pas historiquement été un genre aux univers fouillés avec de gros enjeux ! Ce sont juste des histoires d’aventuriers qui n’ont jamais voulu fouler des trônes de leurs sandales mais juste chercher de quoi financer leurs beuveries.

S’il fallait signaler un inconvénient, ce serait l’absence d’une liste proposant divers avantages et désavantages pour inspirer les joueurs et les faire entrer dans l’univers des Cités Franches. A la lecture des règles, plusieurs images et idées apparaissent et je me dis que c’est dommage parce que ça faciliterait encore plus la prise en main et le côté rapide à jouer de l’univers.

 

CONCLUSION ET PERSPECTIVES

 

Croqueur d’Or est le pur produit rapide à consommer et rapide à jouer. Il a parfaitement sa place pour une « partie de JdR apéro », cette partie que vous lancez en début de soirée autour de la pizza avant de sortir vos grosses fiches pour la campagne. Il peut facilement animer un morceau d’après-midi dans une convention ou festival du jeu. La mécanique de tirer les pièces pour résoudre les actions, et concrètement de « jouer avec sa vie et ses richesses » est pertinente pour l’univers. On finit souvent par une fuite désordonnée pour sa survie quand on prend conscience qu’une bagarre va achever de nous ruiner.

Le système de règles tenant en quelques pages, reposant directement sur des descripteurs, m’a particulièrement séduit. En fait, avec un système comme celui-ci que le « prof de JdR » envisage de mettre en didactique des séances de classe. Par contre, le système de pièces ou jetons est malheureusement inadapté au collège : voir des dizaines de collégiens jeter des pièces en l’air, les faires tomber « par accident » est un coup à se fâcher avec les collègues qui travaillent dans les salles à côté. Il faudrait travailler à une adaptation avec des dés : un résultat pair serait une réussite ; un impair un échec.

A tester : il ne reste qu’à trouver les victimes.

 

Merci à Michael Ducousso pour sa gentillesse

Écrit par Sébastien Fajal

Professeur certifié de l'enseignement secondaire
Animateur de Club de Jeux de rôle
Auteur chez Casus Belli Magazine
Auteur chez d1000etd100

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings