Interview de Fabien Maisonneuve, auteur de Seigneur des Arcanes

Voici le deuxième article de ma petite série dont le but est de vous présenter des JDRA (Jeu de rôle d’Auteur) et leurs auteurs. Nous partons cette fois à la rencontre de Fabien Maisonneuve, auteur de Seigneur des Arcanes.

Cet article pourrait aussi bien s’inscrire dans mes publications sur JdR&Handicap. Je vous laisse découvrir pourquoi…

 

Yaakab : Bonjour Fabien, en quelques mots, peux-tu te présenter ?

Fabien : Je m’appelle Fabien Maisonneuve, je suis rôliste depuis l’age de 14 ans, j’en ai 42, et je suis l’auteur de Seigneurs des Arcanes, un Dark Oriental Fantasy épique et politique.

 

Yaakab : Quand et comment as-tu découvert le JdR ?

Fabien : Oula ! Il faut remonter aux années 90. A l’époque on avait une boutique de jeu avec mon frère ou on achetait nos jeux vidéos pour Master System de Sega, et en rentrant dans la boutique, j’ai eu la même sensation que Bastien dans l’Histoire sans Fin : il y avait des figurines de dragons, de nains de skavens… J’ai voulu comprendre ce que c’était tout ça, alors je suis allé au fond de la boutique, et j’ai découvert Donjons et Dragons, Rêves de Dragon et Nephilim. Après il a fallu trouver des joueurs et sympathiser avec eux, jusqu’à ce que je me fasse la main. On passait des nuits blanches chez eux quand leurs parents étaient de sortie.

 

Yaakab : Comment décrirais tu ton rapport au JdR ?

Fabien : Je suis un passionné depuis toujours, et maintenant, les choses sont encore différentes : j’ai mon propre univers qui m’envoûte et m’appelle sans cesse… Je ne pourrais pas faire autre chose que de le suivre dans ces moments là. Et puis j’ai découvert bien des facettes de l’humain, grâce au jeu. C’est une exploration intérieure.

 

Yaakab : Veux-tu bien dire quel est ton lien avec le handicap ?

Fabien : Oui. Il y a 18 ans, je me suis retrouvé à la rue avec des problèmes familiaux graves et des dettes jusqu’au cou. En vivant dans la rue je me suis mis en danger. J’ai été hospitalisé plusieurs fois, et suis devenu dépendant aux neuroleptiques. De là, j’ai commencé à connaître un handicap psychique. Ça ressemble à des super-pouvoirs, sauf qu’il n’y a personne pour valider que c’est réel, et on vous classe dans la catégorie des malades. Et ça, ça rend malade, justement. Alors on fait le chemin pour essayer de savoir ce qui est réel, et on reconstruit peu à peu sa relation au réel et aux autres. Mais quand la maladie s’exprime, on perd peu à peu le lien avec eux… Il faut rebondir, et aller toujours de l’avant, et aussi il faut savoir ranger sa fierté lorsqu’on risque de se mettre en danger, et demander l’aide des spécialistes.

 

Yaakab : Veux-tu bien expliquer quelles difficultés, quels obstacles tu rencontres ?

Fabien : Le plus difficile c’est sans doute d’oser. Sortir de sa zone de confort est délicat, ça pourrait être merveilleux mais il y a tellement de peur que c’est paralysant. Je fais des progrès, mais je suis bien en dessous de ce que j’aimerai faire. On est vite jugé, si on en parle, et déjà qu’on est jugé en tant que rôliste, si votre projet professionnel tourne autour du gamedesign, on peut être catalogué. C’est du moins une croyance tenace.

 

Yaakab : Tu es le créateur de Seigneurs des Arcanes, un JdR dont on a encore peu parlé et dont la campagne de financement participatif est annoncée pour 2021. Veux-tu expliquer si et en quoi la création de Seigneurs des Arcanes a pu jouer sur tes difficultés, et inversement ?

Fabien : Au début on ne me prenait pas au sérieux. J’ai la réputation de ne pas tenir la longueur dans mes projets parce que je me disperse vite. Ce qu’ils n’ont pas compris, c’est que rapidement, ce projet s’est mis à m’habiter. C’est comme une petite chanson qui prend peu à peu une profondeur et qui colore tout. Un leitmotiv. Impossible d’y réchapper. Alors ça m’a aidé à supporter les hospitalisations, ça m’a permis de tisser ou réparer des liens fraternels, et ça m’a donné une perspective, un but. J’ai découvert la dimension professionnelle avec des collègues illustrateurs et auteurs. C’est tout un cortège de savoirs-faire et savoir-être, qu’il faut acquérir. Ça ne s’est pas toujours passé comme je le souhaitais, et on apprend. Ce projet, on m’a toujours dit que c’était le mien. Alors j’ai tenu bon. Et maintenant je suis reconnu comme auteur de jeu, même dans ma famille. Il y a de nouvelles perspectives sur lesquelles je travaille pour Gandariah, j’ai vraiment envie que vous découvriez ce monde, et sa fantaisie.

 

 

Yaakab : Y a-t-il dans Seigneurs des Arcanes une évocation plus ou moins directe du handicap ou pas du tout ?

Fabien : Non. J’ai travaillé ce jeu comme on travaille un jeu vidéo. J’ai fait en sorte que ça fonctionne en builds, pour faire plaisir aux mini-maxeurs, sans leurs donner le feu vert pour créer des meules débiles ou des sorciers en chaise-roulante. C’est un choix. Est-ce que je pourrais tenir une équipe de persos sur une aventure si l’un d’eux a un handicap moteur ? Que deviendrait le groupe ? Il faudrait vraiment axer le jeu là dessus je pense… ça n’a pas été mon choix.

 

Yaakab : La création d’un JdR comme Seigneurs des Arcanes est un énorme travail. Trouver un moyen de publier un JdR est également difficile. As-tu rencontré des obstacles ? Des facilitateurs ? Des soutiens ? Et lesquels ?

Fabien : Les personnes autour du projet ont été formidables. J’ai pu discuter de tous les aspects avec de vrais professionnels. Je n’ai pas valorisé mon handicap avec eux, sauf quand les besoins impliquaient d’être entendu sur des fragilités qui empêchaient d’accomplir le travail dans de bonnes conditions. Mais en tout cas je dirais que tous ont été des facilitateurs, oui. Par contre j’ai essuyé autant de critiques que n’importe qui. Ça a été dur au début. J’ai failli me décourager pour des questions de visibilité, et les critiques m’ont parfois mené à tenir des propos très excessifs. Ce que j’ai appris c’est mon côté volcan. Mais il m’a garanti un autre côté : la résilience. Et ça c’est thérapeutique.

 

Yaakab : Pour finir, un peu d’auto-promo : Parle nous de Seigneurs des Arcanes. Donnes nous envie de participer massivement à son financement et à la réussite de ce beau projet.

Fabien : Vous allez découvrir la politique autrement. Dans un univers où la magie est réelle, où vous en percez les secrets, et ou de nombreuses sectes, créatures et conspirations s’étalent comme des tapis sur le marché, il y a de quoi faire ! Dans Seigneurs des Arcanes, vous formez véritablement une équipe : vous êtes le conseil d’un clan aux nombreuses implications diplomatiques et sécuritaires, capable de venir en renforts à la puissance publique et d’impacter le cours d’une guerre de paradigmes. Vous allez faire front, et monter les échelons en vous débarrassant des factions qui vous font obstacle.

Au fur et à mesure, vous comprendrez la magie et les Puissances qui la gouvernent. Vous développerez leur attention, et ils augmenteront vos pouvoirs, et vos chances de sauver le monde, si vous souhaitez aller jusque là. Un jeu à campagnes avec un système équilibré et qui s’apprend vite. La création de fiches est un pur bonheur pour les rôlistes !

 

Yaakab : J’ai eu la chance et l’honneur de te rencontrer via Multiversalis, et de lire Seigneur des Arcanes avant l’heure. Je vais surveiller de près le financement participatif de ce jeu que je qualifierais d’unique en son genre. Merci à toi.

 

Découvrez Seigneur des Arcanes sur le site :

Seigneurs des Arcanes (JDR)

Auteur

0
Share this post:
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Share this post
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Author
Articles récents :