JDR&Education 3 : Exploration et création de liens

Une séance d’exploration d’une grande surface, à la recherche de vivres, pleine de rebondissements. Mise en danger, héroïsme et disparition au programme.

La séance a eu lieu un mois et demi après la précédente. Nous avons fait un rapide retour sur les évènements de la séance précédente. Il a été difficile de se revenir dans la fiction, mais l’ambiance de la séance a permis de se replonger dans les personnages rapidement. Les jeunes étaient impatients de jouer et l’agitation était plutôt importante lors de cette session.

Résumé de partie

Kakashi (Le Chef), le chef des explorateurs, prend la direction de l’expédition et décide de se rendre dans une grande surface repérée auparavant. Je décris une traversée de La Ville longue, mais sans embuche. Le groupe arrive en vue du magasin, immense, délabré, le toit troué et des flaques d’eau un peu partout.

Malgré une description axée sur l’aspect lugubre voir horrifique, les joueurs semblent impatient de partir en exploration. Le magasin est inspiré d’un lieu connu des joueuses et joueurs. Je pense que le côté « connu » a amoindri un peu l’aspect dangereux des descriptions que j’ai pu faire.

Il rentre dans la galerie marchande prudemment. Saphir (La Solitaire) est rapidement attirée par une odeur alléchante. Elle s’approche d’une échoppe visiblement vide accompagnée par Elsa (La Princesse) et un membre de la brigade des explorateurs (un PNJ créé par Kakashi : Naruto).

Pendant ce temps, Kakashi et Light (La Brute) restent en retrait jaugeant les alentours. L’odeur se fait de plus en plus attirante. Chacun sentant une odeur qui les attire particulièrement, du parfum pour Elsa, le chocolat pour Light, l’odeur des chevaux pour Saphir, les bonbons pour Kakashi. Naruto se précipite vers cette odeur alléchante semant Elsa et Saphir qui avance avec prudence dans la petite boutique. Saphir le rejoint rapidement et le trouve comme hypnotisé devant une grande forme sombre, vaguement humaine, en train de remuer une sorte de chaudron poisseux. Naruto commence à s’avancer doucement vers le chaudron, insensible aux appels de Saphir (jet de Convaincre raté avec mise de 2 bile noire). Elle commence par le retenir par le bras tandis qu’Elsa part chercher l’aide des autres à l’extérieur. Le groupe au complet fait rapidement face à cette sirène étrange. Light se saisit de son arc et tire directement dans la tête. Il réussit son tir, mais la créature semble visqueuse, la tête perd toute consistance pendant quelques secondes et se reforme rapidement. Kakashi se saisit de son sabre et tente d’attaque la créature sans grand succès. Elsa reste en arrière, mais recommande à plusieurs reprises d’attaquer le chaudron. Naruto force de plus en plus pour toucher le chaudron, Saphir hésite. Doit-elle le lâcher au risque qu’il soit blessé ? D’un mouvement rapide, elle le lâche dégaine son arc et tire dans le chaudron sur les conseils d’Elsa. Celui-ci explose avec la créature dans une gerbe de bile noire les recouvrant tous.

Il est intéressant de voir la manière dont chacun se projette dans leur personnage. Là où Marie et Hugo projettent leurs personnalités, leurs gouts sur Saphir et Kakashi, Robert rappellera plusieurs fois que c’est son personnage (Kakashi) qui aime telle chose ou ressent cela. Lucie sera très investie dans son rôle de Princesse, tentant de donner des ordres à tous et d’organiser les recherches.

Poursuite de l’exploration après un rapide nettoyage. Saphir et Light décident de se rendre dans une librairie pour récupérer des livres et mangas. Pendant ce temps, Elsa et Kakashi se rendent dans la grande surface à la recherche de nourriture.

Dans la librairie, les étals sont vides ou tellement humides que les livres sont pourris. Ils continuent de s’enfoncer plus profondément et distinguent une faible lueur au fond du magasin. Intrigué, Kakashi s’avance et se rend vite compte que des filaments blancs émettant une faible lueur s’accrochent sur ses vêtements. Saphir commence à prendre peur (prise de 3 biles noires), elle se doute de ce qu’il se passe. Kakashi ne veut pas se laisser impressionner, il essaie de se débarrasser des fils, commence à faire de grands mouvements (il rate le jet lié à la sirène mise en jeu : des araignées de lune). Une araignée parvient à le mordre au cou, il perd rapidement toute énergie et s’effondre au sol (1 coche de blessure). Saphir est son seul espoir, mais elle est arachnophobe. Elle saisit son courage à deux mains et « Joue les casse-cous » avec mise de 3 biles noire. Elle réussit trop bien, libère son camarade, mais se brule les mains sur les toiles d’araignée de lune. Kakashi est sauvé, mais Saphir prend aussi une coche de blessure.

L’exploration des rayons du magasin est peu productive, quelques conserves, mais guère plus. Elsa suggère de se rendre au coin boulangerie, espérant y trouver du pain et des viennoiseries. Ils n’y trouveront que d’immenses sacs de farine. Elsa est très suspicieuse, l’expérience du chaudron l’a rendue prudente. Kakashi voudrait préparer du pain et perce un des sacs pour vérifier son contenu. Il semblerait que se soit bien de la farine. C’est à ce moment qu’ils se rendent compte de la disparition d’un membre de leur expédition, Obito (encore une référence aux mangas). C’est le premier membre de la brigade d’exploration de Kakashi, son plus vieil ami depuis son arrivée à Libreté. Alors qu’ils partent à sa recherche, je constate que saphir et Elsa ont tous deux une réserve importante de bile noire (> 5). Je leur propose consécutivement un jet de Craquer, assez similaire. Les émotions fortes vécues auparavant commencent à devenir trop difficiles à gérer et la disparition d’Obito est la goutte d’eau.

Elsa et Saphir font toutes deux 11+ à leurs tests. Elsa craque et cours dans les étals en criant à gorge déployée le nom du disparu, sans vraiment de succès. Saphir fait le même choix.

Après plusieurs minutes de recherches sans succès, les explorateurs se retrouvent et partagent un repas autour d’un réchaud, l’inquiétude les gagnant. C’est l’occasion de faire le premier Feu de camp.

Feu de camp et analyse

J’ai rappelé le cadre du feu de camp, à savoir revenir en tant que personnage ce que chaque scène nous a fait vivre comme émotions. On ne doit pas interrompre la parole des autres, mais il est possible de poser des questions. Règle importante, on ne juge pas les autres sur les émotions de leurs personnages.

La princesseLucie (Elsa, La Princesse) a souhaité commencer : elle s’est beaucoup valorisée sur l’idée d’attaquer le chaudron. Elle n’a eu aucun problème à exposer les émotions de son personnage, n’hésitant pas à expliciter de quoi elle a eu peur. Ce n’est pas une surprise pour Lucie qui est malgré tout très explicite sur ses émotions. Lucie a bien incarné sa place de Princesse, elle est force de proposition dans le groupe. C’est une position facile à prendre pour elle au quotidien. Je vais continuer à la valoriser sur cet aspect-là tout en la confrontant à des choix personnels. Il est facile pour elle de penser aux autres, mais beaucoup plus ardue de penser à soi.

 

la bruteHugo (Light, La Brute) a été assez concis. Il ne rentre pas vraiment dans les détails des ressentis de son personnage. Lorsque je pose des questions pour détailler un peu, il précise un peu sa pensée, mais reste très détaché du côté émotionnelle. L’expression des émotions est un enjeu important pour Hugo. La prise de bile noire pendant la partie est un levier important que je vais tenter de plus développer les prochaines fois. Je vais aussi prendre note des prises de biles noires pour revenir dessus avec lui et les autres. Hugo essaie aussi d’imposer le côté physique de son personnage. Il se projette beaucoup sur la force physique de celui-ci. « Il est trop fort », « J’ai peur de rien ». Le côté effémine de son personnage n’est pas revenu dans la narration pour le moment.

 

Le chefRobert (Kakashi, Le Chef) a pu exprimer qu’il avait eu peur de la sirène au chaudron. La disparition d’Obito lui fait de la peine aussi. Il a exprimé vouloir récupérer de la farine avec Saphir la prochaine fois. Il a précisé à plusieurs reprises que c’était son personnage qui ressentait tout cela et pas lui. Il semblait important pour lui de séparer son personnage de lui même, ne pas trop s’impliquer ou ne pas révéler ses sentiments.  Il a commencé à forger une alliance avec Marie (Saphir) lors de la partie. Il va plus volontiers suivre son avis que celui des autres. J’ai prévu de travailler autour de la perte d’un être cher lors de cette Chronique avec Robert. À la prochaine session, ils retrouveront le corps d’Obito sans vie. Les réactions de chacun seront intéressantes à voir et plus particulièrement pour Robert pour qui le sujet est particulièrement sensible.

 

le solitaireMarie (Saphir, La Solitaire) reste très passive quand son tour de parler arrive. Je la valorise sur ses actions héroïques (le sauvetage de Naruto et Light) suivies par les autres joueurs. Elle en tire une certaine fierté. Elle fut un peu gênée par la reconnaissance des autres jeunes, mais a accueilli les compliments malgré tout. Elle exprime aussi son inquiétude face à la disparition d’Obito, elle souhaite le retrouver vite et espère qu’il ne lui est rien arrivé de grave. Elle fut la seule, autre que Robert à vraiment s’exprimer sur la disparition d’Obito. Je serais vigilant à la réaction de Marie lors de la découverte du corps.

 

J’ai expérimenté de mettre une musique d’ambiance pour cette séance. L’essai fut moyennement concluant. Après un échange avec ma collègue en fin de session, je vais lancer la musique quand on commence la partie et ainsi marquer le début de partie. Je couperais la musique après le feu de camp afin de conclure la séance.

Lors de la séance, les jeunes étaient relativement dissipés. La reprise après presque un mois d’interruption fut difficile, mais la mise en situation un peu angoissante a permis à chacun de se remettre dans l’ambiance. Les prochaines séances seront plus rapprochées permettant une meilleure immersion.

La dynamique de groupe est plutôt positive, ils s’entraident naturellement. La confrontation à la mort et le retour à Libreté vont permettre de travailler plusieurs objectifs. J’espère les confronter à des choix difficiles à prendre et ainsi leur permettre de s’individualiser. Chacun à sa manière éprouve des difficultés à faire des choix pour lui-même, soit parce qu’il essaie de satisfaire l’autre, penser à la place de l’autre pour ne pas penser à soi…

 

 

 

Auteur

  • Éducateur en protection de l'enfance depuis 7 ans. Rôliste acharné en club et entre amis. Président du Crazy Orc Créateur de Tales from the Wizarding World

0
Share this post:
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Share this post
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Author
Articles récents :