Les Trois Fléaux – De Romain Guiot

En décembre sort la campagne de financement d’un jeu de rôle écrit et conçu par Romain Guiot : Les trois Fléaux. Si vous aussi vous êtes curieu.se.x.s de ce qui se trame dans les mystérieuses Terres du Partage, je vous invite à dérouler l’article ci-dessous.

Bienvenue dans les Terres du Partage

 

Tout commence ici, dans un monde complexe où l’être humain essaie tant bien que mal de s’accomplir, sur des territoires tantôt favorables, tantôt hostiles. Les Terres du Partage sont un monde en soi. Elles ont leurs reliefs, leurs climats, leurs peuples, leurs systèmes politiques, leurs héro.ïne.s, leur histoire. Quoi qu’il en soit, vous aurez le plaisir d’étudier en long et en large chaque recoin de carte, d’observer en détail les répartitions des terres, les contrées à découvrir, jusqu’à donner votre nom à un territoire.

 

 

 

Des humain.e.s mais pas que

 

Les peuples que nous pouvons trouver sur ce vaste territoire ne se mélangent que rarement, voire quasiment pas. Les humains tentent de vivre au centre du Vieux Monde et occupent toutes les Terres du Partage. Ils doivent néanmoins faire face à plusieurs peuples hostiles, parmi lesquels ont retrouve notamment :

  • Les Géants, au nord-est, sont rarement à plus de 20, ils ont tendance à ne pas trop réfléchir et attaquer tout ce qui passe pour se repaitre de leur chair.
  •  Les Dragons, dans le grand nord, sont souvent solitaires. Spirituels, régnant sur les affres du temps, aux souffle brûlant, à la recherche d’une vie sans encombre, sans dérangement.
  • Les Amanites, au sud-est, se démarquent par leur originalité : ce sont des champignons, aussi grands qu’un coq, vivant dans des tribus. Dépourvu d’empathie, ils se livrent à des massacres entre eux ou face à n’importe quel.le intrus.e.

 

Que d’hostilités ! Heureusement, il y a aussi de grands sages, un peuple pacifique et respecté par les humains : les nains. Vous vous attendez à des orfèvres mineurs qui boivent des bières et aiment casser des têtes. Il n’en n’est rien. Bien que sachant magner les armes quand cela est nécessaire, ils demeurent un peuple sensé, raisonné et minutieux, capables de confectionner des objets aux multiples qualités.

D’autres créatures et peuples se cachent sur ce vaste territoire. Je vous laisse la surprise de les découvrir.

 

L’Histoire d’un univers

 

L’histoire des Terres du Partage est longuement détaillée dans ce jeu de rôle. En effet, c’est sur l’écriture de cet univers que Romain a basé toute la création du jeu. Vous entendrez parler des anciens conflits, de l’arrivée de la magie, des invasions des Damnés mais aussi des Grandes Découvertes. Nous pouvons clairement y voir des références historiques. Imaginez-vous dans un monde à cheval entre différents moments de la Renaissance : on retrouve la technologie du début de cette époque, avec notamment l’impact des armes à feu, mais aussi la fin de la période en termes géopolitiques , avec des grandes nations, des pouvoirs centraux et puissants.

Du côté du monde du jeu de rôle, nous trouvons des influences de Warhammer.

 

Expéditions et Colonisation

 

Je mets ici un coup de projecteur sur deux thèmes particulièrement singuliers que vous joueur.se.s serez amenés à explorer : 

Les grandes expéditions en terres inconnues, d’abord, sont une entreprise très risquée, voire létale, mais elles peuvent aussi construire une réputation de héro.ïne.s. Vous y serez encouragé.e.s par le récit des premier.e.s explorateur.trice.s mais aussi par votre curiosité.

Ces expéditions encouragent aussi l’implantation de colonies ; qui participeront au rayonnement du royaume. Mais coloniser des terres souvent hostiles ne sera pas qu’une partie de plaisir, et représentera un enjeu important en soi.

 

Mécaniques originales

 

 

Devenez le-la chef.fe

 

Ce terrain de jeu est favorable à de grands évènements qui vont être gravés sur le marbre, et vont marquer à jamais les mémoires. Vous allez me dire “mollo les hyperboles et les superlatifs, ça reste un jeu !”. Certes, mais un jeu qui vous propose d’incarner une personne de premier plan, voué à un avenir grandiose. Pour cela, il faudra faire preuve d’ingéniosité, d’audace, d’honneur, de ruse et de courage pour vous démarquer. En résumé, dans ce jeu de rôle, vous incarnez un humain, qui possède déjà un petit patrimoine et une certaine responsabilité. Vous êtes une personne importante avec une carrière parmi les quinze qui vous sont proposées. Elles ne sont pas nécessairement militaires. Vous pouvez embrasser par exemple une carrière de marchant.de, de diplomate ou encore de criminel.le.

 

Un jeu de rôle politique

 

Ce jeu de rôle est éminemment politique. Vous êtes un personnage de premier plan, au pouvoir conséquent. Vous pesez dans les affaires géopolitiques, et votre but est de vous élever dans l’échelle sociale afin d’atteindre un objectif de renommée, tout en essayant de défendre votre patrimoine, votre royaume. Ceci est aussi favorisé par les systèmes politiques, le système dominant étant la monarchie, tantôt absolue, tantôt constitutionnelle, même si quelques systèmes un peu plus locaux demeurent. Globalement, c’est un système qui se rapproche du féodal : un dirigeant fort délègue des terres à des seigneur.e.s qui ont une autonomie, mais un devoir de loyauté. Cela ne vous empêche pas de préparer un complot diabolique, ou au contraire de décider d’en arrêter. C’est un exercice qui vous permet de tester vos capacités à gouverner dans un système monarchique.

 

L’unité: une mécanique à part entière

 

Dans les responsabilités de votre personnage, vous avez notamment la gestion d’une ou de plusieurs unités. L’unité c’est un groupe d’une trentaine d’individu.e.s qui savent pour la plupart se battre. Elle représente un coût financier, notamment lors des déplacements. Mais elle sera très utile pour aider le joueur à négocier un traité, intimider ou encore remporter des victoires glorieuses. Plus un personnage augmente en renommée, plus son rang social augmente, plus il augmente son nombre d’unités (jusqu’à 8 maximum).

 

Le personnel

 

En plus de l’unité, le personnage est aussi entouré de PNJ (personnes non joueur.se.s) importants. Le second gère les dépenses courantes et la gestion du patrimoine lorsque son.sa supérieur.e est en déplacement. Ensuite, on peut retrouve au sein d’une unité, une personnalité qui sera au choix un garde du corps ou un spécialiste.

Le garde du corps assure la sécurité du personnage. Il peut aussi être son.sa champion.ne lors des duels. Cependant, le.la joueur.se peut se voir subtiliser les louanges et la renommée par ce.tte garde du corps suite à un combat mémorable.

Si le personnage n’a pas besoin de garde du corps, il choisit Le spécialiste. Votre héro.ïne a besoin d’un.e spécialiste par exemple pour s’occuper de la navigation lors d’une expédition, ou bien d’un.e ingénieur.e pour confectionner une nouvelle arme.

Ces deux PNJ sont obligatoires et seront inventés et joués par lea maître.sse du jeu. Vous venez de comprendre que pour chaque création de personnage, le MJ devra réfléchir à créer minimum deux PNJ pour chaque joueur.se.

 

Une quête de renommée

 

Ce jeu de rôle propose plusieurs dynamiques et objectifs. La renommée est une quête en soit. En plus des diverses évolutions, augmenter sa renommée est aussi important que pourrait l’être augmenter son expérience dans un jeu de rôle tel que D&D 5 (Donjon & Dragon 5ème édition). Au commencement, votre personnage est un petit notable qui va au fur et à mesure chercher à obtenir le rang ultime de Héro.ïne. Pour grimper les échelons, il suffit de gagner des batailles, négocier des traités, partir en expédition, réaliser des actions d’éclat qui ont une grande répercussion.

 

Être un.e joueur.se

 

S’il y a des mécaniques originales telles que vu ci-dessus, il n’en reste pas moins qu’un.e joueur.se contrôle un personnage. Un personnage avec des caractéristiques, des compétences, des attributs. Il peut agir, prévoir, commander mais aussi combattre, chercher sa renommée, renverser un gouvernement, augmenter son expérience.

 

Le champ de bataille

 

La logique de l’unité n’est pas un gadget un peu original. Elle trouve sa finalité notamment sur le champ de bataille. Pour les amoureu.ses.x des Total Wars, vous allez trouver votre bonheur. Je ne vais pas parler des combats simples où lea / les joueur.se.s affronte.nt un ou un groupe de PNJ. C’est un système en soi qui s’apprend comme une mécanique de combat d’un JDR. Non, nous allons parler ici d’un autre style de combat, que l’on est peut-être moins habitué.e.s à retrouver : le champ de bataille.

Lorsque plusieurs unités s’affrontent, un simple lancé de dés ne résout pas la bataille. Les dés seront de la partie mais ne seront pas le seul facteur d’une bataille gagnée. Un champ de bataille de 10 cases de longueur sur 10 cases de largeur définira le lieu de bataille. Le personnage qui gagnera au lancer d’initiative pourra choisir entre les terrains proposés par le MJ.  Durant la bataille, il faudra donc prendre en compte le terrain, ses avantages, ses contraintes. Il faudra aussi choisir son action. Charger, défendre, se retirer. Chaque unité a des caractéristiques comme vous pouvez le voir ci-dessous qui influenceront les actions de la bataille. Un autre aspect très intéressant dans cette mécanique de jeu est le moral des troupes. La perte d’un.e capitaine, la perte d’effectif face à une charge va réduire le moral. En cas de perte totale de moral, l’unité bat en retraite ou se disperse, elle ne peut plus combattre.

Vous êtes prévenu.e.s, vous allez vous forger une véritable expérience de stratège.

 

L’équipe de création

 

Romain Guiot est le créateur, l’écrivain de ce jeu de rôle. C’est un travail de plus de dix ans. Inventé dans ses années universitaires, il l’a testé, l’a fait évoluer, la re-testé et ainsi de suite jusqu’à obtenir aujourd’hui un jeu de rôle complet. Afin de sublimer cette création , il s’est fait épauler par des illustrateur.rice.s. Vous pouvez observer le travail de l’illustrateur principal Jean Buchet en regardant la couverture. Valérie Catanzaro a œuvré pour faire des illustrations de personnages pour chaque ouverture de chapitre. En voici un exemple.

 

 

La Campagne

 

Tout ce beau monde compte sur vous pour la campagne participative du 9 décembre 2021 au 13 janvier 2022. Vous trouverez les Trois Fléaux,  en version pdf, en version physique + pdf et en dernier palier la version physique + pdf qui inclue tous les cadeaux des paliers que vous débloquerez.

https://www.gameontabletop.com/cf614/les-3-fleaux.html

 

Si vous voulez plus de précision n’hésitez pas à faire un tour sur le site des Trois Fléaux.

https://les3fleaux.fr/

Pour ma part, j’ai encore passé un très agréable moment à discuter avec un créateur qui ne laisse rien au hasard et qui partage sa passion du jeu de rôle. N’hésitez pas à soutenir ces nouvelles initiatives qui feront le jeu de rôle de demain.

Champipoutou à tou.te.s

Auteur

  • Champitom, team un ans après la chute de l’URSS, mi champignon mi humain qui rêve de devenir trop de choses en même temps.

2
Share this post:
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Share this post
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Author
Articles récents :