RETOUR DE FIJ

J’ai eu la chance cette année de pouvoir participer au Festival International du Jeu à Cannes qui se déroulait du 25 au 27 février pour les visiteurs et dès le 24 pour les pros. Tout juste redescendu de mon petit nuage, je vous partage ici mes impressions.

 

Par où commencer ?

 

 

Peut-être par les prémices de cette aventure.

Il y a quelques semaines j’exprimais mon souhait de pouvoir être présent sur cet événement afin d’y faire jouer mes créations. C’est Kinayla, rédac cheffe de D100&d100 qui me mit alors sur la piste de la FFJDR.

Peu après, j’intégrais donc l’équipe FFJDR et découvrais le programme qui devrait être partagé entre animation FFJDR et animation du stand de l’éditeur de jeux de plateau Super Meeple.

Régulièrement, nous nous réunissions donc pour nous former en ligne sur les jeux que cet éditeur présenterait lors du FIJ, et honneur, ceux pas encore sortis.

Pour les jeux familiaux, pas de problème. La tâche fût plus ardue pour quelques jeux experts et j’avoue avoir eu quelques maux de tête sur les premières explications, mais après quelques parties, et en m’entraînant en solo ou en équipe, je suis devenu capable d’expliquer et animer presque tous ces jeux.

 

 

Mercredi 23 – Bienvenue à Cannes

 

 

Après quelques vacances en famille, c’est accompagné de ma chère et tendre et de mon petit dernier que j’arrive en ville, direction l’agence auprès de laquelle je dois récupérer les clefs pour l’appartement que je vais partager ces quelques jours avec les membres de la FFJDR.

L’appartement plutôt bien localisé, dans un quartier calme, et somme toute confortable me laissait entrevoir un séjour agréable. Mais le moment n’était pas au repos : si tôt les lits répartis et mes affaires posées, je filais sur le palais des festivals afin d’aider à l’installation du stand Super Meeple.

Ce jour d’installation, le contrôle fût léger et j’accédais rapidement à l’entrée des artistes pour pénétrer dans un véritable labyrinthe. Sans la disponibilité de Philippe Tapimoket qui, bien que très occupé, pris mon appel téléphonique, j’aurais erré dans ces méandres fort longtemps pour trouver le stand dans cet immense complexe.

Là je fis connaissance des premiers membres de l’équipe Super Meeple, avec aux commandes Charles, Bernard et Philippe « Tapimoket » Gallois qui, en plus de nous avoir formé en ligne, était notre interlocuteur principal et allait nous superviser durant le festival.

Le festival n’avait pas commencé que déjà, des exposants venaient sur le stand pour se renseigner sur le produit phare du moment chez Super Meeple : Ark Nova, primé As d’or 2022, les as d’argent et de bronze ayant été attribués à deux autres jeux de cet éditeur. Je commençais à pressentir que le stand serait fort animé…

Il manquait un jeu dans les cartons : Savannah Park. Nous devrions donc le mettre en place le lendemain matin.

 

 

Jeudi 24 – Journée réservée aux professionnels

 

 

Je me levais tôt pour être bien à l’heure sur le stand et parti avec mes nouveaux comparses FFJDR, Marie et Matthieu, vers l’entrée des artistes.

Premier choc, malgré l’heure matinale, une longue file d’attente nous attendais devant l’entrée.

Partis en avance, nous arrivions donc en retard, accueilli par un Philippe Tapimoket qui ne nous en tint pas rigueur pour autant.

Sitôt les affaires déposées derrière le comptoir, les premières tables de jeux se remplissaient déjà et nous entrions en piste pour une danse effrénée qui devait durer jusqu’à 19h.

Les premières explications de règles ne me furent pas aisées. Il me fallait prendre mes marques. Mais après quelques répétitions, le discours se rodait et la tâche fût plus aisée.

Les tables s’enchaînaient les unes après les autres, et une fois tous les visiteurs professionnels enfin partis et les tables réorganisées, vers 19h15-19h30, nous prenions un temps de répit bien mérité avec Philippe qui nous laissa entendre que les jours suivants, avec le grand public, seraient plus intenses…

La soirée fût brève, et chacun alla se coucher tôt, excepté Samuel, désigné pour rester à l’appartement afin de veiller à l’intendance, l’entretien et la cuisine, qui avec moi passa quelques heures à refaire le monde depuis le balcon. Ce devint notre petit rendez-vous informel du soir.

 

Vendredi 25 – 1er jour ouvert au grand public

 

 

Philippe ne nous avait pas menti : à peine les portes ouvertes que le stand fût assailli par les joueuses et joueurs empressés de découvrir et tester les jeux Super Meeple et tout particulièrement Ark Nova.

Ce fût aussi pour moi le premier jour où je devais animer le stand FFJDR. Ceci était programmé l’après-midi.

Si je culpabilisais un peu de laisser mes camarades FFJDR gérer sans moi les jeux Super Meeple, notamment Dragan qui dû prendre mon relais au pied levé.

Je dois avouer ici que cet après-midi sur la zone JdR du festival, beaucoup moins animée, pris le ton d’un repos fort apprécié. Ce fût d’autant plus calme que la majorité des rôlistes étaient alors partis pour assister à la cérémonie des Graal d’or qui devait récompenser « Würm », « Things from the flood » et « L’empire des cerisiers ».

Si aucune joueuse ni aucun joueur ne s’inscrit sur la partie que j’avais prévu, je pu néanmoins présenter à quelques visiteurs la FFJDR et le JdR de façon plus générale, mais aussi mes créations et mon activité.

Je fis là également la connaissance de Sophie, présidente de la FFJDR, et Patrice du GROG. Tandis que sur les tables voisines œuvraient les auteurs-MJ Philippe Turffaud, auteur de « Sous le règne de Cthulhu » et concepteur du système « Dcartes », ainsi que Yannick Perriraz, co-auteur de « Gobelin qui s’en dédit ».

De retour chez Super Meeple, je retrouvais mes compagnons FFJDR fatigués et contents de voir le bout de cette dure journée approcher.

Le lendemain, j’étais prévu toute la journée sur le stand FFJDR, mais au vu des besoins, je m’engageais auprès de Philippe à venir autant que possible coté jeux de plateau.

Sur le chemin vers l’appartement, la montée et les escaliers me parurent bien rudes… De retour à l’intérieur, je rencontrais Diane, chargée de communication FFJDR. Sophie et Patrice nous firent la gentillesse de leur visite et de partager un apéro improvisé et le dîner.

Le lendemain devait arriver le reste de l’équipe : Jeoffrey, Pierre,  et Emmanuel qui prendraient notre relais.

 

 

Samedi 26 – Le FIJ vois rouge

 

 

Une nouvelle journée intense attendait l’équipe.

Le stand Super Meeple, mais également tout le palais des festivals ne désemplissait pas. Si bien que la jauge de 12000 personne fût dépassée et les portes fermées au grand public le temps de gérer les flux et l’immense file d’attente.

De mon côté, si les inscriptions ne noircissaient pas les tableaux du Graal, qui gérait la zone JdR, j’improvisais plusieurs tables sur le pouce, 5 en tout, ce qui occupa bien mon temps.

Les organisateurs du « Triathlon du JdR » me proposèrent d’animer une partie du jdr de mon choix la nuit. J’hésitais et réservais ma réponse pour plus tard.

J’en profitais aussi pour aller à la rencontre d’acteurs du JdR, parmi lesquels je citerai notamment Olivier Ranisio, alias Alnomcys, auteur de « Emysfer », et Damien Trouillard, auteur de « Macchabée ».

Dès que j’eu un moment d’accalmie coté FFJDR, je repartis sur le stand Super Meeple pour aider. J’y trouvai mes compagnons en intense activité d’explication de règles, avec des tables toutes pleines et des visiteurs qui attendaient tout juste que les jeux soient réinstallés pour s’y asseoir.

La team Super-Meeple elle non-plus n’avait aucun répit.

Je retournai ensuite sur le stand FFJDR ou une table devait m’attendre, mais les joueurs, coincés dehors à cause de la jauge, ne purent pas venir.

Je répondis donc par l’affirmative au Triathlon du Jdr et décidai de rentrer prendre un repas et un peu de repos à l’appartement, où je trouvai surtout la fatigue qui me cloua presque sur une chaise.

Après un court temps de repos et quelques délicieuses crêpes préparées par Diane et Samuel, je pris ma décision : pas de Triathlon, mais du repos !

Samuel m’accompagna jusqu’au palais où Sophie animait à ma place une table d’initiation avec mon Tiny PMT pendant que je récupérais mes affaires, prévenais les orgas de ma défection et m’en retournais direction l’appartement. Sauf que…

Sauf que l’équipe FFJDR avait prévu une soirée pizzéria. Après un aller-retour avec Matthieu qui lui aussi devait poser à l’appart tout son matos d’animation (dont une mallette à figurines assemblées et peintes par ses soins pour Alien), je retrouvai donc tout le monde devant la palais et go pizzas !

 

 

Dimanche 27 – Dernier rush et on plie

 

 

Cette journée était prévue full JdR pour moi, mais l’affluence coté plateau m’incitait à aider chez Super Meeple.

Que dire de cette journée si ce n’est qu’elle fût un tout petit peu plus calme que le samedi ?

J’ai pu néanmoins y faire jouer à Damnatio, mon JdR en cours de développement depuis… trop longtemps, et ait pu bénéficier des quelques remarques et critiques très constructives des 3 joueuses et joueurs pour peaufiner mon système, surtout en ce qui concerne les combats avec des groupes importants de PNJ. C’est toujours très enrichissant pour moi d’avoir ces retours à chaud de joueurs.

Vers 17h, tournée de salutations, récupération de mon passager de covoiturage devant le palais, rush à l’appart où ma compagne nous récupéra et go to ma bourgogne chérie pour un pliage dans les torchons sur le coup des 1h30.

 

 

Lundi 28 : Ouille ça pique…

 

 

Levé un peu avant 6h. Je suis HS mais la tête pleine d’image, de rêves, de souvenirs.

Je vais travailler mais franchement, l’esprit est ailleurs.

Je repense à toutes celles et tous ceux croisés : Régis de PTG/PTB dans une allée, les Renards Ludique qui eux aussi faisaient partie de la team Super-Meeple, et tant d’autres.

 

 

Deux semaines plus tard : Tête reposée

 

 

Après deux Octogônes, c’est la troisième fois pour moi que je participe à un tel rassemblement, et je dois avouer que j’y prends goût, au point que si Super Meeple, la FFJDR, ou Steven du GRAAL faisaient appel à moi pour une prochaine, je ferais volontiers le déplacement.

Toute réflexion faite, je pense chaque fois aller par attrait pour les jeux, mais à bien y regarder, je comprends aujourd’hui que ce qu’y m’attire vers ces événements ludiques, c’est la rencontre avec vous : joueurs, auteurs, éditeurs, rôlistes, ludistes de tout poil.

Share this post:
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire