Le Game chef, la marmite du jeu pour Cuistot Inventif

Un thème par-ci, quatre petits ingrédients par-là, saupoudrez de mécaniques et autres rebondissements pour obtenir un Game Chef de toute beauté. Non, on ne vous parlera pas de spatules et de chocolat, mais bien de jeuX. (avouez que le lien avec les blinis est quand même rudement bien choisit …).

Et je dis bien de JeuX au pluriel car le Game Chef regroupe aussi bien du Jeu de Plateau, que du GN ou du Jeu de Rôle sur table. Je vous parlerais donc de ma toute première participation à celui-ci, mais avant tout, parlons un peu de la compétition et de ses origines.

 

Le Game Chef, c’est quoi ?

 

Le Game Chef est une compétition annuelle de conception de Jeux analogues (comprendre non électroniques), stimulant les participants à écrire un projet jouable sur un concept simple : 1 thème, 4 ingrédients, 9 jours.

Elle n’est pas toute neuve car elle avait déjà lieu dans “the Gaming Outpost” mais a été réanimée en 2002 en Anglais, puis dans plusieurs langues grâce à de nombreux comités d’organisations dans plusieurs pays. L’organisation Francophone est, elle, gérée via le Blog de Brand : Tartofrez.

L’objectif est avant tout de stimuler les participants, notamment ceux qui ralentissent sur la création et la rédaction de leurs jeux. A noter, il n’y a rien à gagner si ce n’est des retours et conseils pour améliorer votre jeu.

Pour ce Game chef 2017, le thème portait sur les frontières. A saupoudrez des 4 ingrédients suivants : trame, écho, fumée, couper.

 

Rentrer dans la compétition

 

Cela me trottait depuis un moment dans la tête, la toute première fois où j’ai dû entendre parler de cette compétition devait être lors du #ColloqueJDR en 2015.

Avec le temps, j’ai rencontré de plus en plus de personnes qui y participaient et en prévision de ce blog, j’ai décidé de rejoindre le discord lancé par Julien des Voix d’Altarides pour suivre les discussions et éventuellement ramener quelques idées d’articles sur cette compétition encore peu connue.

C’était sans compter sur mon imagination qui allait s’en mêler. Le thème et les ingrédients m’ont tellement inspirée, que j’ai commencé moi-même à griffonner quelques idées, seule dans mon coin.

J’ai continué à lire assidûment toutes les discussions sur le Discord, mais c’était un peu peine perdue. Si vous ne partiez même qu’une heure, plus de 100 messages pouvaient être générés, dont parfois d’énormes pavés.

Étonnamment, j’ai mis du temps à trouver la force d’annoncer le concept de mon propre jeu aux autres participants. Ceux qui me connaissent vous diront que je suis excentrique et bavarde, c’est pourquoi il est parfois difficile de comprendre que je puisse faire preuve de timidité.

Cela s’explique par le fait que j’ai commencé le Jeu de Rôle il y a près de 5 ans. Je manque cruellement de culture ou de lectures théoriques sur le game design d’un jeu de rôle. Côtoyer ainsi des personnes que je connais et/ou qui sont reconnues dans la sphère rôliste, étaient vraiment très impressionnant.

C’est un point important qu’il me semblait vraiment intéressant de nommer car il ne faut pas en avoir peur. Cette réaction est totalement normale, mais le meilleur conseil que je pourrais donner à quelqu’un de réellement motivé, c’est de ne pas se laisser démonter et de sauter le pas. Pour vous donner une métaphore bien pointue : c’est comme rentrer dans la mer bretonne en été. Elle est froide, donc y entrer doucement en y mettant juste le petit doigt ne servira pas à grand-chose.

Par contre se mouiller un peu, plonger d’un coup et faire quelques brasses sera vraisemblablement plus productif pour se réchauffer. ça fait gagner du temps et vous aurez plus vite l’occasion de découvrir des choses.

 

L’attente, ce vilain de MaLifeRPG

 

J’étais très fière lorsque j’ai planché presque 24h non-stop sur mon Jeu avant de le rendre.  Je savais qu’il n’irait pas jusqu’à être sélectionné dans le Top 10 du Game Chef, mais j’espérais en recevoir de bons retours.

Après quelques jours, l’excitation retombe un peu à plat et l’attente devient insoutenable, surtout les 10 premiers jours. On discute, on s’échange des jeux et des envies de lecture, puis, tout redevient calme. On attend les retours et on rédige ceux que l’on doit faire soi-même, avant de s’occuper avec autre chose.

C’est aussi à ce moment précis que vous relisez votre jeu et repérez les fautes. Pas seulement les fautes d’orthographes, mais aussi celles de mise en page, de game design, d’explications. Bref, vous voyez toutes les imperfections et vous avez deux choix : retravailler la future version 2 ou attendre sagement les retours pour tout reprendre d’un coup.

Pour ma part, j’ai fait un mix des deux. J’ai repris une partie des fautes repérées, lu le retour non obligatoire d’un autre participant qui m’a fait l’immense honneur de vraiment reprendre tout mon PDF (Merci Julian), puis j’ai attendu les retours obligatoires.

 

Mes impressions post-compétition

 

Contente et mitigée à la fois.

Mon jeu a beaucoup de défauts et de zones de flous qui demandent plus d’explications. Je reste un peu sur ma faim car il y a encore pas mal de choses à peaufiner avant un premier play test. Surtout la partie relationnelle entre le chaman et son totem, ainsi que la manière dont s’explique leur partenariat face à quelques esprits-objets. Le point qui me pose le plus de problèmes est celui de la fusion entre les deux, la manière de travailler en duo dans un même objectif tout en posant le cadre du velum (le voile entre leurs deux mondes).

Je suis vraiment heureuse d’avoir pu participer à ce Game Chef et de m’être lancée. Je souhaitais depuis longtemps écrire mon propre jeu, mon propre univers. Un truc aussi déglingué que moi, et original, sans l’être trop pour autant.

J’ai eu de bons retours et des punchlines géniales. Ce genre de punchline presse qu’on imagine aisément sur l’affiche d’un film, à l’exception près que cela pourrait faire la couverture du Jeu de Rôle.

Celle qui m’a le plus fait rire était celle-ci : “Un ghostbuster chamanique !”, une réaction digne de Tiramisù.

J’ai vraiment beaucoup appris au cours de la création et c’est une expérience très enrichissante que je recommande à tout le monde. J’envisage même de reprendre les anciens GameChef pour voir si je n’ai pas une autre inspiration pour créer d’autres jeux. Pour l’instant, je vais me concentrer sur la révision et le playtest de celui-ci, tout en continuant à créer des scénarios et mini-campagnes pour Cats ! La mascarade.

 

Pour en savoir plus sur le jeu, cliquez sur l’image