J'aimeJ'aime IntéressantIntéressant InspirantInspirant MotivantMotivant Waouh !Waouh !

Comment faire un JdR en duo, 1 PJ et 1 MJ, y a-t-il des astuces ou des pièges ?

Quelles astuces pour vivre un JDR en duo : 1 PJ et 1 MJ et aussi une liste non-exhaustive de ressources

nature morte d'objets avec feuille de jeu de rôle - from Freepik

Une occasion simple de faire du JdR, c’est d’être 1 PJ et 1 MJ. Et c’est à la mode dans les Actual Play. Comment faire si on souhaite se lancer, y a-t-il des astuces ou des pièges ? Voici quelques idées & réflexions ainsi qu’une liste non exhaustive de ressources. Bonne lecture.

Pourquoi faire un duo JdR: 1 PJ et 1 MJ ?  

Deux raisons principales à mon avis :

Une soirée se profile, vite, regroupons la bande et lançons une partie…. Oui, mais voilà, tout le monde n’est pas dispo, n’est plus dans le coin ou se trouve de part le monde, comment fait-on alors ? On essaie de faire avec les joueuses présentes et les absentes seront soit temporairement des PNJs ou alors leurs personnages se seront absentés durant la “mission”.  Même si tout le monde n’est pas là, il y a, au-moins, ce ou cette pote de disponible pour se retrouver en duo ! 

Tout ce qu’il faut pour jouer, c’est 1 PJ et 1 MJ.

L’autre raison, c’est de profiter d’une séance duo, au cours d’une campagne, pour donner un focus sur un personnage afin de le développer (que ce soit pour “monter ses caractéristiques” ou lui donner des informations/objets qui seront utiles pour le groupe). Ce que j’évoquerais par la suite peut donc s’appliquer à cette situation, c’est un teaser. 

En effet, vous trouverez ci-dessous quelques idées pour vous faire plaisir sans vous restreindre grâce à un bon équilibre, la présence du bon partenaire, en étant prêt à expérimenter le JdR duo 1 PJ et 1 MJ

Je ne parlerais pas du mode de jeu 2 PJ avec une gestion automatisée du MJ. C’est à dire, quand la place de “MJ” est tournante, comme dans Reimagined (faire de la fan fiction). Ou alors quand il y a une sorte de système de règles générant les réactions du MJ, comme dans l’article de PTGPTB “Jouer en duo sans MJ” (lisez les commentaires, vous serez aussi intéressés par Ironsworn) ainsi que les systèmes avec un « oracle » (Imagine Ton Aventure). 

1MJ+1PJ, c’est l’occasion de tester des jeux ou des idées pour montrer que oui, c’est possible.  Avec cette organisation, le fonctionnement du jeu reste basé sur le même principe que le MJ qui prépare son aventure : présenter le monde et le contexte dans lesquels la PJ va évoluer, ainsi que les réactions où les conséquences qui en découleront.

Vous pouvez aller consulter les liens fournis à la fin de l’article pour approfondir la lecture, mais également voir ou écouter des exemples. 

 

Les films et les séries nous donnent des pistes de structuration de jeu pour un seul personnage

 

Comment faire pour se lancer, quelle préparation afin d’éviter des écueils ?

 

Un constat simple : dans les films et séries télévisées, très souvent, il n’y a qu’un protagoniste qui agit, qui est le centre de l’attention et qui est, in fine, le héros ou l’héroïne. Quelques exemples pour voir les ambiances possibles : 

  • Action: Le transporteur, Jason Bourne,…
  • Enquête: Cadfael, Hercule Poirot, …
  • Super-héros: Superman, Batman …
  • Infiltration/Action: James Bond, Lupin…
  • Romance/interaction sociale: Dexter, You…

En partant de ce constat et de ces exemples,  nous voyons évidemment que la clef est de faire un focus sur la PJ (sous tous les angles possibles).

Dans ces histoires, il est attendu de rendre l’intrigue passionnante car elle est rendue personnelle par rapport au personnage (et non par rapport à la joueuse).

 

Quels sont les outils à notre disposition pour structurer un duo JdR ?

 

Vous trouverez de très bonnes informations ci-dessous qui ont alimenté mes réflexions :

(vous trouverez les sources à la fin de l’article dont je vous recommande la lecture et n’hésitez pas à nous partager vos lectures, conseils, remarques en commentaires)

Au final, voici ce qui me semble pertinent de retenir :

  • En s’inspirant de la nomenclature des PbTA et de l’Old School (lire Principia Aprocrypia) les grandes règles seraient :
    • Rendre vivant le monde : autour du personnage, en quoi, quelque chose va le concerner directement ou moins et avec quel impact.
    • Faire avancer l’histoire, poser des questions et construire dessus : il y a un objectif, comment les questions et réponses amèneront à une direction intéressante en utilisant les ambitions, objectifs et relations du personnage.
    • S’adresser au personnage : il est là, c’est la clef de voûte 
    • Être fan du personnage (et lui mener la vie « dure/intéressante ») : Lors de sa création, peut-être penser à l’arc de l’histoire ; il est le seul à pouvoir faire évoluer la situation… mais il y a sûrement un coup à payer, des dilemmes…

 

Voyons comment appliquer ces principes à nos parties en duo

 

  • Rendre des histoires personnelles (et susciter la motivation): pour cela, il faut utiliser l’historique du PJ afin de créer des liens avec les évènements, PNJ voire pour la création d’une Némésis ou d’un antagoniste qui sera plus ou moins récurrent. Quelles astuces sont possibles pour trouver ces liens: écouter sa joueuse et prendre des notes et surtout, la feuille de personnage. Ces cases souvent inutilisées des feuilles de personnages (cas de D&D: trait de personnalité, idéaux, liens, défauts, historique, alliés et organisations, notes, langues…) sont du pain béni / magique pour cela, servez-vous en !
    • Par exemple, votre personnage est une mage qui cherche sûrement des ingrédients ou des savoirs. Il suffit de mettre des pistes dans les missions/aventures que vous préparez. La commanditaire ou la cible pourrait, entre-autre, être connue pour avoir un exemplaire rare d’un tome de savoir recherché; cela peut aussi être des relations, en remplissant la mission, vous gagnez une faveur envers une faction qui vous sera utile pour progresser dans le futur.
    • En gros, je dirais que les personnages recherchent toujours quelque chose, donnons leur la possibilité de l’avoir. Cela devrait les motiver et les orienter dans les choix, sans que cela donne dans de la manipulation ou des rails scénaristiques trop gros.

Bien sûr, en tant que MJ, il faudra donner ce bien, cette information, cette relation ou les montrer au personnage comme récompense. Cela ne peut pas être une illusion. La récompense est le moteur de la prise de décision.

  • Mettre la PJ sous les feux de la rampe (en étant bienveillant et constructif pour la faire participer) :
    • Dans le cas de la mage évoquée au-dessus, dans son historique ou dans les liens créés lors des aventures, la mettre en face d’un dilemme qui la met sous le spotlight : Faire choisir entre la mission ou protéger son lien. La mage a peut-être un familier qui est plus que cela; lors de la mission, il y a un conflit, et le familier est pris au piège, va-t-elle se détourner ou revoir ses priorités. La PJ est directement maîtresse de sa destinée.  Pour renforcer le dilemme, la MJ a pris soin au cours des séances en amont de faire jouer des scènes avec ce familier, pour qu’au moment opportun, le personnage ait de vraies hésitations sur la conduite à avoir.
    • La joueuse a peut-être un personnage qui peut être le seul à avoir la « clef ». Dans le cas de la mage, elle est peut-être la seule à pouvoir rentrer dans le lieu ciblé car lors de ses études elle a eu la « clef » (réellement ou métaphoriquement).

 

  • Savoir ajuster l’univers/contexte/histoire à ce qui pourrait manquer, comme le bon PNJ ou l’accessoire qui va laisser la place au PJ et/ou le soutenir au bon moment. Dans les jeux comme Dungeon World, il est prévu d’avoir des « suivant.e.s » avec qui il y a un lien de loyauté, dans D&D certaines classes peuvent avoir un familier et dans l’historique, un objet « insolite » peut être obtenu. Ces principes peuvent être étendus et adaptés à notre Duo sans que cela soit trop pour le MJ et que cela déséquilibre le jeu (perdant ainsi de l’intérêt).
    • Par exemple, comme évoqué ci-dessus, la mage a un familier avec un lien spécial, cela donne peut-être un petit bonus (comme un avantage dans certaines situations) ou un petit pouvoir supplémentaire qui serait complémentaire aux compétences de la mage.
    • Toujours dans la même idée, la joueuse a défini un autre personnage qui est un « suivant », un « employé » ayant des compétences complémentaires à son personnage. Dans le cas de la mage, on pense évidemment à l’embauche d’un gros bras ou d’une éclaireuse qui complète ce côté des caractéristiques. Ce second couteau pourra partir s’il est mal-traité ou à l’inverse, donner lieu à des dilemmes si le lien est fort; tout cela en aidant la joueuse à faire avancer l’histoire.

 

Les écueils qui peuvent être rencontrés et comment y remédier

 

Il y a principalement deux écueils qui peuvent surgir : le rythme et le personnage qui est continuellement sous « les feux de la rampe ».

  • Le rythme : tenir une session, c’est long, il n’y a pas les interactions entre des joueuses qui se stimulent, s’émulent… comme vous le savez, la concentration baisse progressivement. Si la MJ fait des monologues trop long pour le contexte et les actions des PNJs, en plus de risquer de se perdre en route pour la MJ, la joueuse décroche ; à l’inverse, la joueuse peut manquer d’idées où se trouver dans une impasse car focalisée sur un seul élément de l’intrigue (et pas le bon). 

 

  • Le personnage qui est continuellement sous « les feux de la rampe » : même dans les films et séries que nous avons mentionnés au début, le protagoniste principal, dès fois, il est hors champ, il laisse la place à un.e PNJ et notamment quand cette dernière a la compétence appropriée ou est celle qui peut faire avancer la trame scénaristique… Comment donner cette pause à notre héros. 

 

  • Principalement pour ces deux points, je choisirais la remediation  suivante : choisir de déléguer une gestion de PNJ à l’autre en sachant que cela donne accès à des informations non accessibles normalement et à ne plus être en réaction au PNJ puisqu’on l’incarne. On se retrouve donc dans le meta, on sort de l’immersion de l’aventure (on casse le rythme et on sort du Spotlight). La solution simple et complémentaire est de faire des parties plus courtes.

 

La communauté des duo JdR

 

Voilà un petit tour de réflexion, qui ne serait pas complet sans parler de la communauté de rôlistes. En effet, tenter l’aventure du duo, il me semble, est même de plus en plus fréquent actuellement dans les actual plays. Initialement il y a eu par exemple D&D Duet et Party Of One (sources anglophones). Maintenant, nous pouvons citer les sessions d’Vltima Verba (et l’interview sur D1000 & D100), et d’autres dont une liste non-exhaustive est donnée en fin de l’article.

 

Finalement, jouer en duo, c’est possible

 

Pour finir et récapituler l’idée, à deux, il est possible de se lancer dans l’aventure JdR. Tant pis pour les autres potes ou membres de la bande, il y aura d’autres opportunités. Quelles sont les bonnes astuces pour arriver à faire fonctionner le duo, comme dans un couple 🙂 l’équilibre avec le bon ou la bonne partenaire.

  • Le monde est vivant et doit réagir au personnage, c’est personnel. Après tout, c’est bien le personnage qui est là et qui mouille la chemise.
  • Le personnage est sous les feux de la rampe, nous sommes fan de lui/elle.
  • Mais attention, être la star peut être épuisant ou faire s’épuiser le rythme.
  • Il faut doser l’utilisation de l’environnement et des PNJs pour garder une ambiance saine et dynamique.
  • Savoir faire des parties courtes au besoin.

Bref, faites-vous plaisir, ne vous restreignez pas, expérimentez !! Bon jeu.

Bref, faites-vous plaisir, ne vous restreignez pas, expérimentez !!

 

Ressources: (non-exaustive)

 

Liste d’articles :

Groupe Facebook

Vidéo de conseils

Liste de jeux:

Liste actual play :

 




Écrit par ElrikMelny

Je suis tombé dans la marmite du JdR au collège via la découverte des « livres dont vous êtes les héros » & Hero Quest puis le grand bain grâce au lycée, et je ne m’arrêterai plus de jouer. Le JdR contient tant de belles valeurs pour se construire et perpétuellement grandir !!

Pour les jeux, je suis assez classique/éclectique SW (d6 puis FFG), gurps (med-fan, type fallout…), Rolemaster, D&D depuis la 3ème Ed (pas joué à la 4), Cthulhu, Shadowrun, CyberPunk Red, Vampire, Retrofutur, Arkeos, SuperClique, Masks, Urban Shadow, et j’en oublie….

Actuellement, je tourne sur D&D 5 (home made & Dragons), Cthulhu, StarWars FFG, Laser & feelings (home made) , Masks.

2021: lancement d’un Actual Play, Un Duo Rôliste , 1 PJ & 1 MJ. https://unduoroliste.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings