Retour d’expérience sur le concours de jeux de rôle “il était une fois un petit jdr”

 

Depuis deux ans je participe à un concours de jeux de rôle que j’adore : “il était une fois un petit jdr”. Dans ce petit article j’ai envie de vous faire mon retour d’expérience et de vous expliquer pourquoi je l’aime autant.

 

Le principe : chaque année les participants et participantes doivent écrire un jeu de rôle sur un thème précis, en moins de 500 mots. Un jury composé de personnes de sensibilités différentes, appartenant au monde du jeu de rôle indépendant ou plus traditionnel, lit les jeux proposés et chaque membre du jury note ses cinq coups de cœur. Les jeux qui ont reçu des coups de cœur sont annoncés une fois que le jury a pu tout lire, et des retours individuels sont faits aux participants et participantes. Les jeux qui ont le plus de coup de cœur ont “gagné”. Bon, en fait tout le monde a gagné parce que ce concours est un terrain d’échange et d’amélioration pour chaque personne.

 

Cette année le thème était “revivre”. Un thème bien choisi pour apporter une bouffée d’air frais dans ce contexte de pandémie. Il y a eu 166 jeux en liste pour 122 participants, un record ! D’habitude on tourne plutôt autour de 60 jeux présentés. Autant dire qu’un travail colossal attendait notre jury et qu’ils ont eu un sacré courage de tout lire, de faire énormément de retours constructifs et d’arriver à choisir parmi tant de jeux de qualité ! 8 jeux ont remporté le concours avec chacun deux coups de cœur et 29 jeux sont arrivés en seconde position avec 1 coup de cœur du jury.

 

Ce que j’aime dans ce concours c’est que c’est le squelette du jeu qui est jugé : je n’ai jamais su faire de graphisme ou de mise en page sur ordinateur et c’est quelque chose qui me dessert pour présenter mes productions. Même si maintenant il existe des logiciels gratuits pour m’aider (merci CANVA), c’est toujours une source de stress quand je finis d’écrire un jeu. Dans le concours “il était une fois un petit jdr” il n’y a ni mise en page, ni graphisme. On pose le texte brut où chaque mot est compté et ça me met beaucoup plus à l’aise. J’aime me servir de ce tremplin pour savoir si mon jeu va plaire et si ça vaut la peine que je le peaufine et le mette en page et en dessin par la suite. J’adore aussi l’idée des 500 mots : ça force à synthétiser et à créer un système de jeu simple, qui se prend en main rapidement. Quand je lis les autres productions je suis toujours enchantée des idées ingénieuses des participants. Cette année il y a même eu un jeu qui utilise une grille de loto comme moteur ! Si vous avez le temps et que vous vous intéressez au game design n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur ces pépites d’imaginations. Vous trouverez la composition du jury ici : https://fjdra.com/il-etait-une-fois-un-petit-jeu-de-role-2021/ ; et tous les jeux produits via cette page : https://fjdra.com/jeux-concours/jeux-2021/.Et pendant que vous y êtes, vous pourrez aussi trouver sur le site et lire ceux des années précédentes !

 

De mon côté, je vis chaque année le concours de la même manière : je note soigneusement la date de l’annonce du thème sur mon agenda et j’attends avec impatience le jour J en imaginant des systèmes de jeu plus abracadabrants les uns que les autres. Le jour de l’annonce du thème j’oublie tout ce que j’ai inventé jusque là et mon cerveau se met à bouillir jusqu’à ce que j’écrive une première idée. En général ça me prend une demi journée le temps de mettre en place mes idées, de rédiger, de corriger et de faire tenir ça dans la limite des 500 mots. Puis vient la phase où j’en parle à tous mes amis rôlistes, où je playtest le jeu avec des gens dont des vétérans du jeu de rôle pleins de bons conseils et où je corrige. En général il me faut une grosse semaine le temps de faire 2 ou 3 playtests et la correction. Puis j’envoie la version définitive au concours.

Cette année il m’est arrivé un drôle de truc : j’ai fait tout ça et puis… j’ai eu une seconde idée, que je n’ai pas eu le temps de faire playtester avant la fin du concours. Alors je l’ai jouée seule dans ma tête, encore et encore et quand j’ai été satisfaite j’ai aussi envoyé cette idée comme seconde proposition. Et c’est celle-là qui a fait partie des 8 gagnants. Vous imaginez ma tête, quand campée derrière mon PC sur le twitch d’Aetlas (replay youtube), en train de dîner, j’ai entendu le nom du jeu “Les Vieilles Canailles”, quelques minutes avant la fin du live d’annonce des gagnants du concours… Parfois, ce sont les idées les plus simples qui sont les meilleures. Ce que j’aime aussi dans ce concours c’est que tu ne sais jamais à qui ton imaginaire va parler.

 

En attendant, les concours de ce type me permettent de faire du lien, de rencontrer de nouveaux créateurs, d’échanger des idées, de créer des partenariats et de prendre des nouvelles des amis et amies qui sont loin pour savoir comment se passe leur rentrée. C’est précieux, motivant et j’attends déjà le thème de 2022 avec impatience !

 

0
Share this post:
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Share this post
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Author
Articles récents :